Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 18:27

Encyclopédie Wikipédia
l'argent Nazi à la conquête de la presse Française, 1940/1944
Jean Picollec*René Chateau - Le Cinéma sous l'occupation 1940/1944
Christian Gilles - Le Cinéma des années40
Paul Virilio - Guerre et Cinéma
Eva Berg Gravensten - la 4ème arme
René Duval : Histoire de la radio de France
Alain Weber - La bataille du Film
Encyclopédie Encarta

 

http://www.planetenonviolence.org
http://crdp.ac-besancon.fr

http://www.cheminsdememoire.gouv.fr

http://www.cine-studies.net
http://www.multimania.fr/

Partager cet article
Repost0
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 14:08

A travers la presse, le cinéma ou encore la radio était exercé une double propagande, celle de l’occupant allemand et celle des résistants. La propagande était alors considérée comme une priorité car elle reflétait l’idéologie de celui qui l’exerce. Ainsi de nombreuses personnes ont été manipulées dont la plupart ne s’en rendaient pas compte.

Nous avons choisi ce sujet car il nous intéressait tout particulièrement, et il est important de ne pas oublier cet effroyable chapitre de notre histoire qui marqua profondément l’esprit de millions de gens. La propagande a accentué l’aspect de guerre psychologique que de guerre militaire car elle avait pour but d’influencer sur le raisonnement des gens, allant totalement à contre sens avec l’idée de « liberté de penser ». Ce travail nous a permis de réfléchir aux manipulations d’opinion auxquelles un pouvoir peut nous soumettre et être attentif aux éventuelles répétitions de l’Histoire.

Partager cet article
Repost0
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 16:19

Radio Paris reste célèbre dans l'histoire pour l'important rôle de propagande que lui fît jouer l'occupant nazi pendant la Seconde Guerre mondiale dès juillet 1940.

Etant donné que la majorité des foyers français disposaient d’une radio, les occupants allemands considérèrent la diffusion de messages de propagande comme une priorité. Investissant les locaux et le matériel de Radio Paris, les Allemands vont usurper ce nom pour en faire, en zone occupée, l'outil principal de leur propagande, et cela dès le 18 juillet 1940. De plus les Allemands bénéficiaient d’un avantage indéniable : Radio Paris détenant un émetteur de très forte puissance, sa diffusion pouvait être assurée dans l’Europe entière et en Afrique du Nord. Les Français écoutant alors Radio Paris, considérée avant comme une radio privée restituant les actualités de manière irréprochable, allaient donc être manipulés par les fausses informations diffusées par l’occupant allemand. Disposant de moyens financiers importants, cette radio allemande en langue française recrute de nombreux journalistes collaborationnistes et antisémites. Sans titreC'est notamment cette collaboration qui a fait chanter le fameux chant : « Radio Paris ment, Radio Paris ment, Radio Paris est allemand » sur l'air de <<la Cucaracha>> (un chant révolutionnaire d'Amérique latine) diffusé sur les émissions françaises de la BBC.

Les locaux de la station seront libérés le soir du 15 août 1944 par un commando formé de policiers du mouvement « Résistance Police » et d'employés de la station, après plus de 4 ans d’occupation.

Partager cet article
Repost0
2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 17:52

La BBC, qui a été fondée en 1922, est une société britannique de production et de diffusion de programmes de radio et de télévision. Cette société, dont le siège se trouve au Royaume-Uni, est connue dans le monde entier et cultive sa réputation d’excellence culturelle.
La BBC est notamment restée célèbre pour son rôle de radio de la résistance en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale.

En 1940, la BBC ouvre ses ondes aux premiers résistants qui ont fui l'occupation allemande. Radio Londres est née et va devenir le rendez-vous quotidien des Français pendant quatre ans avec l'émission <<Les Français parlent aux Français ». Rompant avec le style emphatique de la radio française, de jeunes chroniqueurs insufflent un ton nouveau sur l'antenne et inventent la radio de proximité avec messages personnels, sketches, chansons, blagues et publicités détournées. S'ouvre alors une guerre redoutable contre Radio Paris.

Dans un premier temps, les messages personnels diffusés par la BBC permirent aux soldats séparés de leur famille et de leurs proches d'échanger des nouvelles mais la BBC faisait aussi recours aux messages codés souvent d’une grande importance :

  • transmettre un mot d'ordre, dans le cadre de la préparation d'opérations de résistance.
  • accuser réception d'envois en provenance du terrain ;
  • communiquer une information secrète sur l'action ;
  • remercier ou féliciter les agents pour leur action ;
  • permettre aux agents sur le terrain d'apporter aux personnes avec qui ils sont en contact la preuve de leur authenticité et de leur sincérité ;
  • leurrer l'ennemi 

 

Preuve de son succès : les Allemands la font interdire, confisquent les postes et punissent lourdement les auditeurs.

 

 


La BBC est ainsi devenue une véritable arme de guerre. Elle est également avec l'émission « Honneur et Patrie », la voix de la <<France libre>>du Général de Gaulle

C’est d’ailleurs depuis les studios de Londres que le Général de Gaulle a lancé en 1940 le fameux appel du 18 juin pour appeler les Français à la résistance. Le Général De Gaulle lit son discours sur les antennes de la BBC à 18 heures locales. C'est un appel à la poursuite du combat aux côtés des alliés britanniques. Pour le général de Gaulle, la bataille de France, qui vient certes d'être gagnée par les Allemands, ne signifie pas la fin de la guerre. Car « cette guerre est une guerre mondiale» et la France pourra s'appuyer sur la force industrielle de ses alliés et notamment celle des Etats-Unis S'adressant aux soldats français, ce message d'espoir se termine par un appel à la « résistance », faisant entrer le terme dans le vocabulaire politique du XXe siècle.

Pour autant, et contrairement à une idée tenace, l'appel du 18 juin n'est pas uneappel-18-juin invitation à constituer des réseaux de résistance sur le territoire français. En militaire, De Gaulle s'adresse avant tout, et de manière explicite, aux militaires et aux "ingénieurs et ouvriers spécialistes des industries d'armement".

L'appel du 18 Juin marque néanmoins le début de la France libre qui, formée uniquement de volontaires (au début très peu nombreux), poursuit le combat sur terre, sur mer et dans les airs auprès des Britanniques et représente, face au Régime de Vichy, la France qui se bat.
 

 

 

Partager cet article
Repost0
2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 17:51

SalleCinemaWEBTous les films projetés étaient toujours précédés d’un journal d’actualités et d’un documentaire. Entre fin juillet 1940 et novembre 1942, les actualités de la zone Sud sont produites par <<France-Actualités>> et <<Pathé-Gaumont>>, sous la direction du gouvernement de Vichy. La zone Nord connaît une version française des actualités allemandes, complétée par quelques reportages spécifiques à la France. Après l’occupation de la zone Sud, il n’y a plus qu’un journal franco-allemand, <<France-Actualités>>. Jusqu’en 1942, le contexte est celui d’une double propagande, celle du régime de Vichy et celle de l’occupant.

Le régime de Vichy met en place, dans des "films d’intérêt national" commandés par le Secrétariat général à l’Information, une propagande d’intégration dont l'objectif est de rassembler tous les Français. Les thèmes abordés sont : le passé glorieux de la nation, les discours du gouvernement français, le thème de la Révolution Nationale <<travail, famille, patrie>>, et l’imagerie maréchaliste. En revanche, ni la ligne de démarcation, ni les lois d’exclusion ne sont évoquées dans les documentaires comme le bimensuel <<La France en marche>>. Le régime de Vichy s’appuie sur une imagerie consensuelle de séduction, sur des images harmonieuses, qui s’emploient à « gommer » l’occupation. A titre d’exemple, le thème du travail est souvent lié à l’imagerie paysanne : "La terre, elle, ne ment pas". Vichy entend la nécessaire reconstruction d'après guerre ; il s’agit alors de revenir à la paix dans la cohésion et la fraternité : "la vie normale, momentanément interrompue par la guerre, doit reprendre". Ce dernier commentaire réussit le tour de force de n’évoquer à aucun moment le changement essentiel qui est l’occupation d’une partie du territoire national. En Zone nord la diffusion de ces actualités était une version française des actualités allemandes, mais ni la ligne de démarcation entre les deux zones, ni les lois d’exclusion des Juifs n’étaient évoquées dans les documentaires projetés au public.

 A partir de Novembre 1942 l’occupation de la zone Sud entraîne des changements radicaux : sur les écrans, seule la propagande allemande demeure. Les autorités allemandes interdisent la propagande du régime de Vichy.

 

La propagande allemande est de nature différente, elle créé un climat d’agitation et d’exclusion. Elle met l’accent sur les ennemis du IIIe Reich et la nécessité de les pourchasser. Ainsi, les titres des documentaires allemands proposés aux Français en sont une parfaite illustration : <<Les corrupteurs>>, <<Forces occultes>>,<< Le péril juif>>... Le discours politique est davantage présent dans le montage que dans le commentaire, on y retrouve l’influence du cinéma expressionniste allemand. Ainsi, dans <<Forces occultes>>, les francs-maçons, évoluent dans un espace où l’ombre et la lumière sont fortement contrastés. Ces documentaires sont aussi fondés sur une technique d’interpellation du spectateur, et sur un aller-retour constant entre un ton très affectif et un regard qui se veut plus factuel (graphiques, chiffres précis...). Le tout est présenté comme réel.

  revolutionnationale

Dans l’un et l’autre cas, ces documentaires sont surtout diffusés dans les salles du cinéma traditionnel, en complément des actualités et du film. Avant l’occupation de la zone Sud, ils sont aussi proposés dans le cadre de séances éducatives, destinées aux écoles et aux entreprises. Ils sont également diffusés dans les camps et les centres de formation de la jeunesse. Enfin, des salles de cinéma sont aménagées dans le cadre des grandes expositions organisées en zone occupée

Quelle que soit leur origine, tous ces films de propagande se présentent comme des documentaires, c’est-à-dire comme des témoignages, des sources d’informations réelles. La place de ces documentaires n’est pas laissée au hasard ; ils sont diffusés avant le film de fiction, comme les documentaires d’avant-guerre, cependant, leur esthétique est radicalement différente.

 

Partager cet article
Repost0
2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 17:50

dumont camera 1939-1Durant la Guerre qui opposait la France à L’Allemagne, les tournages des films doivent être interrompus: les acteurs et les techniciens sont réquisitionnés pour servir dans l'Armée Française. Alors que toutes les étoiles du cinéma affluaient en France pour l’inauguration du 1er Festival de Cannes, celui-ci dut être annulé à cause de l'invasion de la Pologne le 1er Septembre 1939 par les Allemands. Le Cinéma qui était en pleine expansion, fut gravement touché par la Guerre. En quelques jours, la fréquentation des salles de cinéma a été divisée par deux. Dés le 5 Septembre, une loi obligea tout les cinémas à fermer à 20H30. Pendant cette période historique le cinéma ne fut plus considéré comme un art, mais comme une arme. Dés 1914, le Grand Quartier Général fondait la première section d’information servant d’interface avec la presse.  C’est grâce à ce projet qu’est née la Section Cinématographique de l’Armée (S.C.A.). A la veille de la seconde Guerre Mondiale, le 29 juillet 1939, la SCA se dédouble créant ainsi le Commissariat Général de l’Information (C.G.I.) qui peut être considéré comme un organe chargé d’organiser, d’animer et de coordonner l'information la propagande française. Après l’armistice qui divisa le pays en deux, le CGI s’alia avec le gouvernement de Vichy, et le SCA se refugia à Marseille, avec à sa tête André Brouillard. Ce dernier eut comme priorité de réaliser des films de propagande pour instruire les soldats sur les armements ou sur les combats, et de les préparer mentalement à ce qu'ils devront subir. Le SCA a participé par ailleurs à la production de plusieurs documentaires sur la vie militaire, et dont la diffusion était interdite en zone Nord. Le 15 Octobre 1940, à Vichy, un Comité d’Organisation de L’industrie Cinématographique (C.O.I.C.) voit le jour pour la défense du cinéma français. Deux ans plus tard, l’occupation de Vichy entraîne des changements importants sur les écrans : seule la propagande allemande est autorisée à la diffusion.

Au front, des équipes de filmographie sont formées spécialement pour filmer les soldats, ces images ont ensuite servi principalement à créer « un journal de Guerre » qui comportait principalement des scènes de la vie des soldats. Malheureusement ces films ont été interdits de sortie dans les salles à cause de la censure présente.

 

(Exemple de film de Propagande : « Sommes Nous défendus ? ») 

Partager cet article
Repost0
2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 17:31

La Presse clandestine est par définition une presse interdite par les autorités dominantes du pays. Pendant la seconde guerre mondiale, diffuser des tracts ou des journaux contenant des sujets interdis par le gouvernement allemand installé en France,  était condamné par plusieurs mois de prison en « zone libre » (rebaptisée « zone sud ») ou pire en « zone occupée ». Après la signature de l’Armistice le 22juin 1940 la presse est sévèrement contrôlée et censurée. Chaque impression se faisait avec des moyens de fortune : article écrit à la main où il y était souvent inscrit à la fin, la mention « à recopier » ou « à faire passer>>. D’autres créaient de fausses sociétés d’imprimerie pour se procurer le matériel nécessaire. Dés l’été 1940 les tracts commencèrent à circuler : ce n’était que le début d’une longue épopée de rébellion par la plume. Mais la situation, déjà assez dangereuse, s’aggrava le 17 octobre 1940 lorsqu’une ordonnance du préfet de police de Paris fut mise en circulation. Celle ci interdisait « aux fabricants, marchands grossistes de vendre sans autorisation délivrées par les commissaires de police, les appareils duplicateurs et les papiers susceptibles d’être employés à la confection de circulaires ou de tracts ronéotypés », obligeant donc ces hommes et femmes de l’ombre à agir de façon différente et encore plus discrètement .  La même année, en octobre, Raymond Diess, imprimeur de métier, rédigea une feuille d’information intitulée "Pantagruel" . Seize numéros apparaitront jusqu’en octobre 1941 où il fut arrêté.  On peut considérer que ce journal est l’un des premiers journaux clandestins français, mais nombreux sont ceux qui n’ont pu édité que quelques numéros car la répression était bien là. Parmi les journaux clandestins  on peut citer Combat  qui avait à son actif 54 numéros (et dont Albert Camus reprit la direction en 1943) ; le Franc-tireur  avec 39 numéros. Il y avait aussi des journaux d’information créés avant la guerre tels que Le Matin, Le Journal, Le Petit Journal, La Croix, et bien d’autres encore, qui se sont réfugiés loins de leurs locaux pour poursuivre leur publication.  

propagande 

Quelques chiffes :  en 1941 circulaient plus de cent millions de tracts et journaux dans toute la France; trois ans plus tard il n'y en avait plus que deux millions.



·
  Un peuple n'est vaincu que lorsqu'il accepte de l'être - Maréchal Foch. 

·  Dans la guerre comme dans la paix, le dernier mot est à ceux qui ne se rendent jamais - George Clémenceau.

·  Quand une Nation s'appelle la France elle ne capitule pas pour trois batailles perdues - George Clémenceau 

·  Notre seul but est de rendre la parole au peuple français - Général de Gaulle. 

·  Vivre dans la défaite c'est mourir tous les jours - Napoléon Ier. 

 



Partager cet article
Repost0
2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 17:30

20737738 40b29038d3Entre fin juillet 1940 et novembre  1942 Vichy menait une double propagande, celle du Régime de Vichy, et la propagande allemande nazie. Mais après la décision de collaboration entre Vichy et l’Allemagne, seul la propagande Allemande demeure au grand jour, mais dans l’ombre, une propagande clandestine opère. La ligne de démarcation entre la Zone Nord et la Zone Sud ne permettait aucun échange d'information, la propagande qui était exercée à Vichy ne dépassait jamais cette ligne.  Le gouvernement de Vichy mit en place progressivement , un service de censure aux plans régional, départemental et local ; ainsi, aucun des journaux publiés ne pouvaient échapper aux services de la censure. De plus il arrivait fréquemment que ce fut à la minute avant l’impression du journal que les censeurs s’apercevaient d’un élément qui n’allait pas avec leur règles, et il n’était pas question de recommencer la page, ils supprimaient l’article. Le journal apparaissait alors avec des parties laissées en blanc, mais malheureusement pour la censure, l’attention des lecteurs était immédiatement portée sur ces blancs qui suscitaient le questionnement. Enfin pour assurer un contrôle encore plus efficace de la presse, le gouvernement de Vichy créa L’Office Français d’Information (O.F.I) qui mit en place aussitôt des règles à respecter lors de la rédaction des journaux. En voici quelques unes : « Les journaux ne doivent pas employer la formule ‘’le gouvernement de Vichy’’ », « la propagande ne doit pas être mise en cause par la presse ». Il fallait d'autre part constamment faire attention à la mise en page, aux titres et aux choix des sujets car tout était contrôlé.

Vichy, malgré toutes ces actions mises en œuvre pour la censure, fut victime d’une répression plus agressive de la part des Allemands. Le gouvernement utilisa l’intimidation et réduisit les subventions versées aux journaux, ce qui conduira à l’arrêt de certains d'entre eux malgré les efforts des journalistes qui firent preuve de beaucoup de courage pour combattre la censure. D'autres journaux décidèrent de plein gré de stopper toute publication, comme "Le Canard Enchaîné".

Partager cet article
Repost0
2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 17:27

untitled.bmpLa Seconde Guerre mondiale constitue le conflit armé le plus vaste que l’humanité ait connu, mobilisant plus de 100 millions de combattants de 61 nations, déployant les hostilités sur plus de 22 millions de km², et tuant environ 62 millions de personnes, dont une majorité de civils. Qualifiée de "Guerre Totale", elle fit appel à la mobilisation complète de la population et nécessita le réquisitionnement de toutes les ressources économiques, humaines et scientifiques des deux camps.

Dés les années 1930 une montée fulgurante des régimes totalitaires a lieu en Europe orientale (URSS), en Europe Centrale (l'Allemagne), et en Europe du Sud (l'Italie, et l'Espagne).  Néanmoins, la France et le Royaume Unis restent à l'écart de cette montée du fascisme.

Le 3 septembre 1939 la guerre est officilelement déclarée à l' Allemagne par la France avec comme alliés, le Royaume-Unis, l'Australie, la Nouvelle Zélande et le Canada. Commence alors une guerre qui durera du 3 septembre 1939 Au 2 septembre 1945, durant laquelle les médias furent particulièrement marqués et monopolisés par les dirigeants voulant faire passer chacun un message incitant les citoyens à partager leurs idéologies.

Après l'arrivée au pouvoir du parti nazi en 1933, Hitler fonda un ministère de la Culture et de la Propagande du Reich dirigé par Joseph Goebbels. Ce ministère avait pour mission de véhiculer la doctrine nazie par l’intermédiaire des arts, de la musique, du théâtre, des films, des livres, de la radio, des documents pédagogiques et de la presse.

Mais jusqu'à quel point la liberté d'expression a t-elle été baffouée ?

Celui qui contrôle les médias contrôle les esprits de la population. - Jim Morisson

Les médias représententla plus grande puissance de notre société contemporaine. -David Lodge

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : La propagande à travers les médias pendant la Seconde Guerre Mondiale
  • : Ce blog a été créer comme support pour les tpe. réalisé par: Louis-Florian Vollereau et Ophélie Lemarié, En classe de 1ereL au Lycée Malherbe année 2009-2010
  • Contact

Liens